Préambule (Gothic : Self-Made Man, épisode 00)

On me balance à travers une barrière magique. Comme ça. Sans prévenir. Et après, on me frappe. Et enfin, on m’explique la situation. Dans cet ordre là, oui. Bienvenue dans Gothic. Notre royaume et toute notre hégémonie sont menacés par les cruels orcs, qui ravagent nos terres et tuent nos concitoyens. Si ce n’était que cela, tout irait bien pour moi. Mais par une cascade d’événements, on en arrive à mon sort. Le roi a en effet besoin de troupes. Pour cela il a besoin d’hommes, mais aussi d’armes. Et ces armes sont produites à partir d’un minerai doté de caractéristiques exceptionnelles, mais qui se trouve dans un endroit clé et vulnérable. Tous les forçats du royaume, quel que soient leurs méfaits, y sont envoyés, surveillés par des gardes, tabassés pour la moindre raison, et contraints de récolter nuit et jour le minerai nécessaire à l’effort de guerre. Je ne dévoilerai ni mon nom, ni le larcin que j’ai commis pour me retrouver là. Tout ce que je sais, c’est que je ne mérite pas mon sort, comme beaucoup d’autres prisonniers avant moi.

 


Je ne sais si j’ai mérité mon sort.

 

Comble de malheur pour moi, pour protéger davantage ce petit bout d’enfer, le roi a, il y a quelque temps, convoqué douze magiciens pour créer une barrière magique empêchant quiconque de sortir de là. Sauf que le rituel a un peu trop bien marché, et les douze magiciens ont fini enfermés dans cette prison à ciel ouvert. Pire encore, c’est durant ce rituel que la situation est devenue hors de contrôle. Les prisonniers gouvernent maintenant un petit bout de terre où on extrait du minerai, coupé du reste du monde. Ils sont coincés. Et le roi aussi. Un accord a été trouvé, et la nourriture, la boisson, l’équipement sont échangés contre le minerai. Comme je m’en suis rapidement rendu compte, la révolte des prisonniers n’a rien changé. Les plus forts des prisonniers agissent comme des gardes, les plus faibles comme des prisonniers ordinaires. Lorsque l’on m’a projeté à l’intérieur de la barrière, c’est à peine si je connaissais ce contexte. Je ne savais pas creuser, je ne savais pas me battre, je n’avais aucun ami et me retrouvais dans l’inconnu. Tout ce que j’avais sur moi, c’était une lettre, destinée au Grand Maître des mages du feu, fournie avant ma jetée en enfer. Et ceci est mon histoire. Celle d’un self-made man. D’un SMM si vous préférez.

 

Les Aventures du SMM (Gothic) :

 

Le Retour du SMM (Gothic II) :

 

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire