Courage fuyons ! (Gothic : Self-Made Man, épisode 05)

Après avoir tué mon premier homme et vécu une nuit de cauchemar, j’appris que le gourou en chef était toujours inanimé. Ni une, ni deux, je fus sommé d’aller chercher des herbes médicinales en courant au milieu des requins du marais. Je rencontrai même un malade qui vivait dans les marais dans une petite hutte. Se rendait-il compte qu’il vivait avec ses haillons dans un marais où même les templiers hésitent avant de mettre leurs pieds dedans ? Quoi qu’il en soit, il était trop tard. Y’Berion s’était éteint, et avec lui les réponses aux questions de tous les fidèles du Dormeur. Le Maître des Templiers se ressaisit bien vite. Il m’apprit qu’Y’Berion avait dit dans son délire que le Dormeur était tout sauf de nature divine. La conclusion de mes observations me vint vite en bouche : c’est un démon. Je lui racontai alors ma virée dans le cimetière orc. Il comprit alors que la rigolade était terminée. Il reprit en main le camp et m’envoya aux mages de l’eau du Nouveau Camp. Mon aventure dans la Secte était terminée. Avant de partir, il rajouta que Cor Kalom, devenu presque dément, avait emmené des Templiers avec lui dans une location encore inconnue. Ca n’augurait rien de bon.

 


Portrait de famille. Lézards morts à droite. A gauche aussi…

 

Je n’arrivais pas les mains vides. J’avais en ma possession la pierre de concentration qui avait servie à ériger la barrière. Le Maître des mages de l’eau la prit avec empressement, mais me signifia que pour faire exploser le minerai qu’ils collectaient depuis des années pour mettre à bas la barrière, ils avaient aussi besoin des quatre autres. Me revoilà sur la route, après avoir fait le plein de fioles. Chacun des camps avait toujours été inactif, je me rendis compte que seul moi pouvais changer un tant soit peu mon destin. Après avoir été aussi loin que les catacombes orcs, je n’avais plus rien à perdre. Une belle épée ciselée à deux mains me servait d’arme désormais. Elle avait été empruntée à un Templier mystérieusement tombé d’un arbre. Le vent était trop fort apparemment… (Oserais-je vous avouer que mon talisman magique s’est emballé ?)

 


Gorn, le mercenaire bourru qui porte généralement une lourde hache sur ses épaules (IcedWingsArt)

 

J’avais tort de m’en faire. Apparemment, les quatre personnes les plus sympathiques de la prison s’étaient donné rendez-vous à chacun des lieux que je dus visiter pour récupérer les pierres : le novice Lester, Diego, le magicien de feu Milten et le mercenaire Gorn. Pour des raisons diverses, chacun avait un intérêt à se retrouver au sein d’anciennes bâtisses ou de lieux anciens. Intuitivement, je me dis qu’ils devaient sûrement partager un lien. Je dus en tous les cas combattre des nuées de harpies qu’il convenait d’abattre à coup de flèches, des squelettes menés par un mort-vivant maudit et même un troll ! A chaque fois, je triomphais à peine. Mais je n’étais plus le pitoyable guerrier de mes débuts. En remerciant les quatre larrons, je ramenai finalement les quatre pierres manquantes aux magiciens de l’eau. On me remercia et…on m’expliqua que désormais, pour que le rituel s’accomplisse, il fallait convaincre les mages de feu de les aider… Un rendez-vous au Vieux Camp en somme. La tâche était difficile, assurément. J’utilisai le peu de magie que j’avais pour retourner au camp de la Secte. Celle-ci était entre de bonnes mains, même si la majorité des gens ne savaient plus vraiment s’il fallait prier ou juste fumer. Au vu de mes services, on m’accorda la distinction ultime : j’enfilai la plus solide des armures de Templier. Me couvrant tout le corps, j’étais prêt à affronter tous les dangers du Vieux Camp. Il était temps de se barrer d’ici…

 


Un fier templier : moi !

 

Les Aventures du SMM (Gothic) :

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire