Présentation Historique (L’Armée de Terre Française, épisode 01)

Une armée est avant tout un groupe d’hommes et de femmes disposant d’une organisation particulière et disposant d’un équipement varié incluant une variété d’armes permettant de porter la violence, de l’intimidation à la mort. Lorsque l’armée est une institution affiliée à un état et financée par lui, elle s’utilise en vue d’objectifs affirmés par le pouvoir politique. Traditionnellement, dans les armées des démocraties occidentales d’aujourd’hui, l’armée a pour rôle de défendre l’état, de défendre les ressortissants de l’état où qu’ils soient et de défendre les intérêts de ce même état à l’étranger. Selon Clausewitz (1780-1831), « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » (De la Guerre) : cette formule un peu éculée peut résumer simplement la place de l’armée en tant qu’institution.

 

La guerre a beaucoup évolué au contact de l’histoire, de la géographie, des peuples et des technologies, et ce qu’on appelle aujourd’hui armée agit sur de nouveaux champs de bataille, avec une organisation différente et de nouveaux moyens (dont la robotique et l’électronique), et il s’agit dans cette nouvelle série d’articles intitulée « Armées d’Aujourd’hui » de comprendre le rôle, les structures, les équipements des forces militaires actuelles. D’autant plus que des opérations militaires sont en cours à chaque instant.

 

Armées d’Aujourd’hui : L’Armée de Terre Française

 

Présentation Historique

 

Dans cette toute première série d’articles, nous nous intéresserons à l’Armée de Terre française, qui, parmi les forces armées de la France, dispose des effectifs les plus imposants : en 2014, la France compte dans l’armée de terre 115 004 militaires d’active sur 365 835 actifs en comptant la Gendarmerie Nationale, dont 59 618 militaires du rang, 39 937 sous-officiers et 14 827 officiers. On rajoute à cela 8 726 civils, pour les administrations et les structures, et 15 425 réservistes sur 27 680 pour les trois forces armées. La proportion de femmes est de 15% en 2010, et parmi cette proportion un peu datée 30% parmi les volontaires, 14% parmi ceux du rang, 16% des sous-officiers et 12% des officiers. Une fois ceci fixé, on peut se borner à rappeler quelques dates-clés.

 

 

Les toutes premières forces armées françaises permanentes datent de la fin de la Guerre de Cent Ans (1337-1453) et des toutes premières Compagnies d’Ordonnance. Avant cette date, les rois de France comptent sur les troupes de leurs vassaux directs, de leurs vavasseurs, et sur les troupes prélevées sur le domaine royal. Cette innovation permet d’affirmer la puissance militaire du souverain, et induit un nouveau type d’organisation, d’entraînement, de fournitures militaires, etc. Une véritable Marine d’Etat se développe sous le règne de Louis XIII (1610-1643) grâce à l’intervention du ministre Richelieu. Entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, l’armée s’uniformise davantage : on fait de moins en moins appels à des nobles fournissant l’argent pour recruter des hommes qu’ils mèneront au combat, et les troupes dites royales se développent. La parenthèse de la Révolution Française crée une armée mobilisée à un niveau aussi vaste que celui de la nation : c’est la naissance des armées de masse.

 

 

En 1914 combat dans les tranchées une armée véritablement nationale de la Troisième République (1870-1940). On peut en effet dater un sentiment français à partir du moment où tous les citoyens sont modelés par le passage à l’école et à la caserne dès la fin du XIXe siècle. L’armée victorieuse se modernise avec difficulté et est vaincue en 1940. Les troupes de Vichy et les Forces Françaises Libres jouent ensuite un certain rôle de part et d’autre des deux camps. Après la Seconde Guerre Mondiale, l’armée participe en Indochine et en Algérie aux deux guerres. L’aviation, les blindés et l’arsenal sont désormais partie prégnante de l’armée française. Il faut attendre le 28 octobre 1997 et la présidence de Jacques Chirac pour que le service militaire obligatoire soit suspendu : l’armée est désormais une armée professionnelle. Reste que les forces militaires françaises sont encore présentes aux quatre coins du monde, remplissant leurs missions à l’étranger, dans les opérations extérieures (OPEX), dans le cadre des alliances internationales ou dans les départements et régions d’outre-mer (DROM).

 

 

L’armée française est sujette à des réformes permanentes, entre 1999 et 2011, et c’est loin d’être fini, comme le prouvent les réflexions menées depuis le dernier Livre Blanc de 2013, la Loi de Programmation Militaire et les attentats. Concernant l’armée de terre, un nouveau modèle, intitulé « au Contact », est en cours d’élaboration et de finition. Il a été présenté à Saint-Cyr le 28 mai 2015. L’architecture de l’armée de terre sera quelque peu modifiée, selon huit piliers que je ne manque pas de vous citer : Force Scipion, Forces Spéciales, Commandements Spécialisés (Renseignement, Sic-Cyber, logistique), Maintenance, Ressources Humaines, Aérocombat, Formation-Entraînement Interarmes et Territoire National. Concentrons-nous pour le moment sur ce qui constitue l’armée de terre française.

 

Sources :

 

L’armée de terre française :

 

Autres séries Armées d’Aujourd’hui :

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire