Bataille divine – Fin de la Saison 1 (God game du Captain)

Les ténèbres reprennent leur droit. L’atmosphère s’épaissit. Les courants électriques en provenance d’une dimension parallèle strient le ciel. Les cœurs des hommes s’endurcissent, car le temps est arrivé. Après quatre cycles de sacrifice et de dons, les hommes voient enfin leurs créateurs déchirer la dimension humaine, en partie. Le Dieu du Soleil irradie de sa mystérieuse chaleur le Désert de ses fidèles, l’Archidémon Ixarys présente des haches plus grosses que les terres émergées chez ses fidèles des plaines, un ensemble complexe de tentacules et de chair sort chez les Karn’Gud, un corps bleui sort de moitié dans la forêt, et un paladin à l’armure luisante sort une épée de magma dans la grotte des Crwuths. La grande guerre a commencé.

 

La dernière bataille : les Daleks et les Crwuths

 

Assaillis de doutes depuis la trahison des Daleks, les Crwuths et les représentants divins viennent désormais détruire toute forme de fausse droiture. En face, sûrs de leur bon droit, les Daleks font face. La force implacable des Crwuths avance afin de porter l’estocade aux traîtres Daleks en rivalisant d’élégance : 90 soldats, 10 appelés divins, cinq méchas, cinq pièces d’artillerie, 25 servants (490 force, 536 défense). En face, 60 cavaliers aux griffes d’acier partent au combat la fleur au fusil, suivis par 20 marteliers adeptes de la télékinésie (320 force et 360 défense). Les sorciers Daleks essayent de lancer leurs gemmes de nature pour faire pousser des arbres, mais le sort échoue.

 

Avant même que le combat ne commence, les Dieux se manifestent enfin. Une trouée dimensionnelle se fait jour, et une pluie de lave est projetée sur les rangs ennemis par le Dieu de l’Elégance. On ne se moque pas impunément de ses fidèles ! Mais la faille dimensionnelle est trop importante, la lave égratigne à peine le cuir des Loups empoisonnés. En face, le Dieu de la Droiture bénit ses troupes, et ses télékinésistes de fils et filles invoquent les pouvoirs des éléments pour se garder des offensives soudaines ennemies, en contrôlant pierres et éléments naturels. Les 60 cavaliers Daleks, au camouflage défectueux, sont vite pris à parti par les forces organisées des Cruwths. Le déploiement des Daleks est catastrophique, et les hommes ne savent pas quoi faire à part se déployer les uns dans les autres. Les Crwuths sourient, prient leurs amulettes d’élégance, et mettent en place les Torrents de leur dieu… Heureusement pour les Daleks, le sort de leur dieu les préserve en parti de leur mauvais déploiement.

 


Les chevaucheurs de loups Daleks.

 

Les voilà donc qui s’élancent les uns contre les autres. Le mauvais déploiement Dalek, à peine compensé, rencontre les armures solides des Crwuths, malgré les facilités des Griffeurs à percer les armures. Le moral n’est pas au beau fixe chez les Daleks, ni même tant chez les Crwuths, qui essaient tous de donner le meilleur d’eux dans cette empoignade finale… Pendant que les massacres continuent en première ligne, les forces se regroupent, se reforment… Du moins chez les Crwuths plus que chez les Daleks, qui combattent encore de manière anarchique. Les médecins de chaque côté font ce qu’ils peuvent pour les blessés.

 


Les paladins divins des Crwuths.

 

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une action exceptionnelle, à un combat d’anthologie… Seuls 6 cavaliers furent désarçonnés dans la bataille. Une bataille qui mobilisait, je le rappelle pour ceux qui ont du mal à suivre, plus de deux cents soldats. La déroute Dalek semblait illustrer leur manque de droiture. Quoi qu’il en soit, c’est le moment où le Dieu de l’Elégance a saisi l’occasion, se nourrissant de la foi vacillante des Daleks. Il concentra cette foi, et l’utilisa pour évacuer hors du temps et de l’espace le Dieu de la Droiture. Le contact avec les Daleks fut immédiatement interrompu. Les Daleks s’éparpillèrent dans la forêt, tombèrent dans le ravin, et rejoignirent les Reptiliens dans les profondeurs, jurant qu’on ne les y reprendrait plus.

 

La dernière bataille : le bien fanatique (Bigarros) contre le mal démonique (Dzareks)

 

C’est bel et bien deux des principales puissances du monde connu qui ont porté leurs armées l’une contre l’autre. De la Plaine des Zélotes, une gigantesque clameur démoniaque a retenti. Les Démons et les Dzareks ont abandonné leurs postes pour courir jusqu’au Désert des Epices pour massacrer du Bigarros et se laisser une place de choix pour massacrer le reste du monde. Sous l’œil attentif d’Automates de Sable, les chars, les démons, et les hacheurs s’avancent résolument pour une empoignade finale. En face, les fanatiques du Soleil sont prêts. Des légions de lanciers fanatiques suivis par des paladins divins maîtrisant la puissance du soleil accompagnent des mages astraux et des chevaucheurs d’Hyènes. L’armée Bigarros, première du monde connu, se prépare à affronter son terrible adversaire…

 

a) Les puissantes forces

 

Les Bigarros alignent 40 mages dont la plupart ont réussi à sortir un bon astre personnel qui brûlera les ennemis à proximité. Certains portent même les lances solaires divines. Derrière eux, 20 créatures divines irradiant une puissante chaleur et dont la moitié exhibent une lance solaire se presse, sous la houlette du puissant Xantosh. 50 lanciers à dos de Hyènes et 20 lanciers suivent à pied la force, pendant que 50 automates de sables continuent d’observer la horde adverse. Ils sont menés par le porteur du casque divin, qui les harangue de sa puissante voix, amplifiée par Xantosh lui-même, tandis qu’un mystérieux Bigarros muni du Chapeau du Nécromancien qui a autrefois posé problème canalise les énergies maléfiques pour en faire des bénéfiques, et se préparer à ranimer les fanatiques Bigarros qui mourraient. La force, fanatisée, est prête à tout pour massacrer du démon. Un astre sort soudain d’une dimension parallèle, et de sa chaleur rend les adversaires pris de l’illusion de voir davantage de Bigarros qu’il n’y en a. Les cinquante lanciers montés deviennent presque illuminés face à la puissance du sort. (560 force, 370 défense).

 


Les lanciers Bigarros.

 

En face, les démoniaques Dzareks ont mobilisé une quarantaine de mages du vent, lançant de terribles tornades coupantes, dont certaines sont extrêmement puissantes. Ils sont suivis par une vingtaine de cavaliers hacheurs montés à dos de chèvres et de 50 soldats armés de hache et de haine. Le chef de la horde tient la Hache d’abondance, et hurle des imprécations. Les Dzareks écument de rage, et pour cause, ils sont suivis sur les côtés par pas moins d’une cinquantaine de démons de sang, sortis des portails, dont une majorité porte des marteaux démoniaques. La bataille est imminente. Soudain, une immense hache franchit le seuil de réalité, tonne, s’abat sur le sol, et rend la force accro au sang versé. Les hacheurs Dzarek hurlent à la mort et deviennent berserk. (644 force, 320 défense)

 

b) Le choc

 

Les deux forces sont parfaitement déployées, l’une pour l’attaque frontale et fanatique, l’autre pour une attaque démoniaque et tout aussi frontale, avec des démons sur les ailes plongeant vers les cavaliers Bigarros. C’est ces derniers qui finalement ont l’avantage. Puis, le moment du choc frontal. Démons contre anges. Fanatiques contre berserks. Les lances piquent, les haches tailladent, et la mêlée est de suite confuse, portant le cris des Hyènes et des Chèvres, au milieu des chars Dzareks et des mages astraux Bigarros. Les forces sont presque autant motivées, mais le fanatisme incompressible des Bigarros surprend même les démons. Chaque Bigarros est capable de se jeter sur les haches et les marteaux des Dzareks et des démons pour les emporter dans la mort. Lorsque la mêlée se calme un peu, et que les docteurs rentrent en action, ce sont les démoniaques Dzareks qui ont du mal à quitter le centre en ordre entre deux mêlées intenses.

 


Les démons d’Ixarys.

 

La boucherie qui a suivi a vu la perte des Lanciers Solaires divins, d’une vingtaine d’automates de sables, et d’une vingtaine de lanciers pour 61 pertes parmi les 180 Bigarros présents au combat. En face, une demi-escouade de chariots de combats et une dizaine de hacheurs ont trouvé la mort pour 26 pertes parmi les 170 Dzareks… C’est donc la victoire des démons. Alors que les Bigarros commencent à disparaître, et que l’archidémon Ixarys se matérialise dans la dimension de Xantosh pour abattre ses huit haches sanglantes et le bannir à jamais de toutes les dimensions, les Bigarros ne lâchent pas le terrain. Pire, les 119 Bigarros restants se jettent sur les forces démoniaques pour les emporter avec eux, et détruire ce fléau pendant qu’il est encore temps. Plus de 80 Bigarros se jettent sur les forces démoniaques avec la seule volonté de mourir, et une dizaine d’entre eux parvient à emporter une escouade de Hacheurs complète, ainsi qu’une escouade de Mages de Vent, portant le total des pertes à 40. Xantosh pleure des larmes solaires sur son peuple qui attend sa fin, les bras ouverts vers le ciel, tandis que les Démons les achèvent un à un, mais espère que ses amis divins et bons, les élégants Crwuths, vengeront son peuple et décimeront l’engeance démoniaque. Ixarys l’archidémon, quant à lui, exulte, et se repaît de Xantosh et du sang versé.

 

Le Bien, le Mal. Les Crwuths et les Dzareks, la bataille ultime

 

a) Les forces ultimes

 

Alors que l’archidémon Ixarys et ses immondes sbires fêtent leur victoire sanglante sur les Bigarros et leurs anges, une musique élégante emplit l’atmosphère. Un bruit rythmé, mais aussi implacable. Et pour cause, les Crwuths arrivent. Les ingénieurs et les méchas pointent du doigt le champ d’honneur des Bigarros, et l’armée s’arrête, payant un hommage silencieux et non moins élégant à la destinée du peuple du Désert des Epices. Enervés, ayant tailladé du Dalek le matin même, l’armée Crwuth s’avance à nouveau. Il est temps de renvoyer les démons dans leur monde et de les engloutir dans la lave. Les Paladins du Dieu de l’Elégance au nom imprononçable préparent leurs lames de lave et leurs armures de pierre rutilantes, suivis par 70 archers en armure. Sur les côtés, 5 Méchas et 20 épéistes se pressent pour taillader du démon en masse, tandis que les cinq pièces d’artillerie s’installent entre les différentes formations. Une faille s’ouvre, et une main élégante projette de la lave, qui égratigne encore à peine la force adverse. Mais la main divine se resserre alors, avant de se relâcher d’un seul coup. Les yeux des démons et des Dzareks scintillent, et 21 adversaires deviennent aveugles. Ils ne pouvaient pas regarder autant d’élégance ! (460 force, 536 défense, 5 Méchas, 10 être divins, 25 artilleurs, 20 Epéistes, 70 Archers donc 130 soldats)

 

De l’autre côté, alors que les Dzareks pansent leurs plaies dues au sacrifice des fanatiques Bigarros, les démons et les chevaucheurs de chèvres se retournent vers un nuage de poussière…élégant. Les foutus anges étaient arrivés ! Ixarys hurla d’une rage insondable, suivi en cœur par les démons, puis par les Dzareks. L’occasion de détrôner définitivement ces fichus habitants des grottes, qui avaient repoussé par deux fois l’engeance démoniaque ! Une cinquantaine démons se pressent pour massacrer du Crwuths, suivis par 5 chars de combat, une vingtaine de mages de vent, 20 hacheurs à dos de Chèvres et une trentaine à pied. Le Dzarek avec la hache d’abondance rejoint les cavaliers pour les mener à la victoire ou à la mort ! Une hache sanglante et énorme sort soudain de la faille de la réalité, illuminant d’une clarté sanglante les deux forces. L’énergie qui en dégage rend les Hacheurs furieux, berserkers. Mieux, ils reçoivent des « bénédictions » contre-nature. Des bras maudits sortent de leurs cages thoraciques, des têtes leur poussent dans le dos, une troisième jambe pousse, et c’est une nuée de mutants dégénérés qui partent au combat. Ils ont définitivement fait le choix du démon. Toutefois, une Main Elégante apparaît en face d’eux, et 21 guerriers deviennent aveugles face à tant d’élégance… Mais ils restent furieux et prêt pour la curée ! (424 force, 219 défense, un héros, 5 chariots pour 10 soldats, 20 mages, 20 cavaliers, 30 hacheurs, 50 démons pour 131 soldats)

 

b) Bataille finale

 

La force démoniaque est presque surprise sur le champ de bataille, face à l’organisation des Crwuths, qui ont déjà un plan de bataille bien rodé. Les Torrents projettent de la lave, les archers délivrent leurs mortelles volées, et les guerriers s’avancent. La mêlée devient vite intense face aux méchas, épéistes et guerriers divins contre démons, hacheurs et chars de combat, mais le moral des Crwuths est inébranlable, et c’est avec fanatisme qu’ils vengent chacune des pertes des Bigarros. Affaiblis, les démons et les forces Dzareks croulent sous la puissance de la technologie et sous les lames de lave. En rompant le contact, ils sont totalement dispersés, contrairement aux Crwuths qui se reforment tranquillement.

 

Le combat est rapide et sanglant. Lorsque tout le monde se ressaisit, un cri élégant retentit sur le champ de bataille. 20 mages de vent ont été abattus par les archers, 20 démons abattus par les lames de lave des paladins, 30 hacheurs, les chars et le porteur de la hache d’abondance ont été mis hors de combat par les pièces d’artillerie, les épéistes et les méchas. En face, aucune perte… La réputation des armures Crwuths n’est pas à démériter. Les démons sont vaincus, définitivement. Les dernières forces s’éparpillent en hurlant, tandis que les mutés tombent sur le sol. Une élégante faille se fait jour dans la dimension démoniaque, et une main implacable empoigne le Divin Naga devenu Archidémon. Une lumière élégante apparaît dans la dimension des enfers, et les démons et Ixarys deviennent un lointain souvenir. L’archidémon est forcé de sortir de toutes les dimensions et d’errer dans l’espace entre les espaces, se consumant de haine. Sur le champ de bataille, les forces des Crwuths honorent les Bigarros tués au combat et Xantosh. Les Crwuths les ont vengé. Prochaine destination… Les brutes maladroites les plus surprenantes de Texuria… Les Karn’Gud des Montagnes Formidables.

 


La carte avant la bataille finale.

 

Une bataille complexe ?

 

Les forces Crwuths et le puissant Dieu de l’Elégance ont désormais un seul objectif : obtenir la puissance ultime, la divinité suprême, et repartir dans le temps et dans l’espace avec cette nouvelle puissance. Ils arrivent ainsi dans les Montagnes Formidables… Mais plus personne. Dans sa grande Complexité, le Dieu Complexe a analysé hasard et probabilités, réflexions et raisonnement, et est arrivé au choix du repli, du retrait, du retour. S’engloutissant par lui-même, il repart dans le néant ou ailleurs, laissant les Karn’Gud hébétés dans cette infinie complexité. C’est ainsi que les Crwuths les découvrent, ces fières et maladroites brutes. Perdues mais attachées à leurs terres, à leur indépendance. Avec un grand soupir, les forces Crwuths, épuisés par les combats pour venger leur honneur puis lutter contre le mal, les accueillent dans leurs tribus. Le monde de Texuria est unifié, sous la houlette de Nere…vous m’avez compris.

 


Les ours-guerriers des Karn’Gud.

 

L’Elégance règne en maîtresse, et les Crwuths’Guds essaiment par le monde, restaurant les portails, retrouvant les traces des anciennes civilisations, des Reptiliens-Daleks dans la forêt aux Draconiens du Désert des Epices. Le monde de Texuria flotte dans l’espace et le temps, et le Dieu de l’Elégance peut enfin retraverser les dimensions, à la conquête de nouveaux plans… Victoire des Crwuths !

 

(La partie-test s’est donc terminée en quelques mois. Elle a permis de recadrer règles et univers, et donne accès…à la Saison 2. A suivre donc…)

 

Présentation du jeu :

 

Bilan narratif des Cycles (Saison 1) :

 

Liste des tours (Saison 1) :

 

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire