Guerre Shinuyamesque (Dominions 4 : Dispute des Intégristes, épisode 05)

Tour 21 à 25

 

Et la guerre a finalement commencé entre Shinuyama et moi. Ulm, naïf ou voulant me faire peur, me dit qu’il va essayer de soutenir un des deux camps pour s’étendre. Puisqu’il me gêne au sud-ouest, j’envoie une petite force de reconnaissance, qui a pour but de rejoindre la première force au combat derrière la montagne (c’est plus clair de regarder la carte juste en-dessous).

 


Mes deux armées en cercle noir, Shinuyama à l’ouest, Ulm l’indécis au sud.

 

Mon premier combat a été un succès, et il est temps d’observer les forces de mon adversaire. D’après le château juste à côté, l’essentiel de son armée consiste en des archers et des O-Bakemono. Ces vils gredins ont pas mal de points de vie, une protection moyenne, une grande force et une défense faible. Vu leurs dégâts élevés, on comprend tout l’intérêt d’avoir une protection et des points de vie améliorés, en plus de mes compétences initiales en défense pour éviter les coups donnés avec une attaque de 10. Je devrais pouvoir gérer ces bêtes-là. Quant aux Dai-Bakemono, ils sont encore plus dangereux avec leur protection à 17 et leur défense respectable. Des adversaires coriaces.

 



Mes ennemis

 

La première bataille est tout juste une escarmouche, mais je ne pense pas que nous allons nous arrêter là. J’envoie des renforts Fir Bolg, mes guerriers un peu moins tapageurs, et surtout 4 commandants : deux se préparent à lancer des éclairs sur l’armée ennemie, ce qui visera à éclaircir leurs rangs, et deux autres possèdent un équipement spécial destiné à réduire en pulpe leurs adversaires. Tout va se jouer sur ses prochains mouvements.

 


Deux commandants morts stupidement, et 11 soldats de la piétaille, contre toute la force adverse.

 


Dispositif.

 


Des tas de démons.

 


On les accroche, on les retient, on les tue.

 

Bilan très positif : 1850 pièces d’or de troupe nationales démoniaques perdues contre 750 pour les miennes (en comptant mes deux commandants). En effet, Shinuyama a fait une erreur tactique considérable. Connaissant le goût du joueur pour la milice locale, je n’ai pas osé attaqué son château et toutes les unités à l’intérieur. Il est sorti du château au tour précédent,et j’ai donc pu l’attaquer sans coup férir. Il me restait à répondre à une interrogation : à quoi servait l’armée d’Ulm que je voyais prête au combat près de ma frontière. Que faire dès lors ? Attaquer le château maintenant que Shinuyama est affaibli ? M’enfoncer dans son territoire en me privant de soutien pour mes propres provinces ? Ménager un couloir d’attaque pour Ulm le fourbe qui m’annonce qu’il va m’attaquer ? Trop de possibilités en un seul tour. Je maintiens donc mes positions, je réunis les troupes venant du nord, de ma capitale et les morts-vivants arrivés après un événement, et ensuite ce sera le temps de la réaction.

 




Les troupes mort-vivants en renfort, alors que je représente la Jeunesse Eternelle bon dieu.

 

J’attends donc de voir la conclusion de cette affaire. Si je dois briser Ulm, qui soit dit en passant s’est fait violenté par Shinuyama dès le début de la partie, eh bien qu’il en soit ainsi. Il a une bonne force de troupes de ligne bien protégées et d’arbalétriers, alors je ramène un mage pour lancer Mist sur le champ de bataille, un brouillard qui le désavantagera beaucoup je l’espère.

 

La Dispute des Intégristes

 

Autres récits du Chroniqueur Sparke

 

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire