CRP Dominions 4 – Duel Dédoublé – Last (but not least ?) (7)

Tour 31 à 35

Here they come !

Nous arrivons à la fin, ça passe ou ça casse. Bogarus et les géants d’Utgard se ramènent pour la curée.

Il scoute mes défenses.
Il est temps de réorganiser mes troupes pour l’offensive du coup.

Mes troupes sont équipées, les corps des Grecs sont musclés, virils et huilés, que reste t-il à faire ?

Encerclé !

L’encerclement se passe bien…pour eux. Je décide d’attaquer Bogarus, à la fois parce que Utgard est trop fort et à la fois pour découvrir ce que l’armée ennemie a dans le ventre. Et voici le résultat.

 
En avant !
Des communions de mage ?
Des éclairs ?
Beaucoup trop d’éclairs ?
Le choc ! Mais ces éclairs dégarnissent mon front à vitesse grand V !
Deuxième ligne au contact.
Mes troupes foudroyées et chargées prennent cher.
Le début de la fuite.
Nous sommes maintenant submergés.
Et c’est terminé…
La recherche de Bogarus a toujours été extrêmement importante. Mais je ne me doutais pas que tout se baserait sur le sort Thunder Strike.
 
Le responsable maudit !
Ce revers détruisant ma plus grande armée accompli, il ne restait que mes deux yeux pour pleurer. Car Bogarus assiégeait maintenant un de mes deux châteaux, et Utgard continuait sur sa lancée vers ma capitale.
 
On n’a plus affaire aux bandits du tour 2.
La vaillante garnison ! …
Dites au revoir à notre dieu et à tous mes mages.
La capitale est prise ! Mais que me reste-t-il alors dans ce monde sanguinaire ?

Pas grand chose…
La chute des provinces. (4e)
La chute des châteaux (4e ex aequo avec mon comparse)
Où est mon argent ? (3e)
Les gemmes ont disparues. (4e)
Ma recherche reste haute, mais à quoi m’a t-elle servie ? (2e ex aequo)
On croit encore un peu en notre dieu ! (2e)
Vous la voyez la chute de l’armée et l’impossibilité de remonter la pente ?
Et les tours finaux approchaient…

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire