Mob Psycho 100, l’animé psychiquement génial (Critique anime/manga n°8)

Vous vous rappelez tous du mangaka « amateur » One, et de la success-story derrière le très bon One Punch Man, passant d’Internet à une publication par un mangaka hors pair et à une série animée très appréciée. Eh bien figurez-vous que One, en plus d’imaginer des scénarios originaux et de construire des personnages intéressants, est aussi responsable du manga Mob Psycho 100.

 

 

Publié depuis 2012, le manga s’offre une adaptation animée en 12 épisodes sortis entre juillet et septembre 2016. On est dans l’actualité la plus totale. Et je vais vous expliquer pourquoi vous pouvez donner quatre heure de votre temps pour voir cette série. C’est parti.

 

I. Un monde loufoque

 

Les personnages barrés et complètement déconnectés de la réalité forment l’essentiel des protagonistes des histoires de One, et ce manga n’y fait pas exception. Aussi, ce serait vous gâcher la surprise que de vous les dévoiler, même ayez en tête qu’un personnage ne se résumera jamais à la première impression qu’il vous donnera. Mob Psycho 100 est ainsi un shonen sans personnages stéréotypés, et mélange allègremnt combat et humour, sans s’arrêter un seul instant pour nous permettre de souffler, à la Gintama.

 


Le héros principal, aussi blasé que Saitama.

 

Mais la palme revient au personnage principal, qui est à la fois le moins charismatique et le plus intéressant. Tout comme le héros de One Punch Man, Mob est malgré ses talents de psychiste (non reconnus) un boulet de la vie. Il préférerait d’ailleurs beaucoup plus avoir des talents physiques et une vie normale d’adolescent, mais l’histoire va le transporter là où il ne s’y attendait pas. Et son caractère normatif, tout comme celui de Saitama, le rend énormément intéressant, et bien différent des héros typiques, populaires et parlant fort (je n’ai pas dit vulgaire)

 

II. L’animation au top

 

Je vous parle du manga, mais c’est en réalité l’animé qui est cette fois mis à l’honneur. Dans One Punch Man, le manga remanié restait à mon sens supérieur à l’animé, car ce dernier rendait un graphisme élaboré sans beaucoup d’originalité graphique ou musicale par rapport aux autres animés d’aujourd’hui. Ici, le studio Bones a fait exactement l’inverse : ils ont adapté le manga de base, aux graphismes hasardeux caractérisant les dessins de One, donnant un cachet très particulier au résultat final. Pour présenter rapidement Bones, ils se sont formés en 1998, et ont notamment produit des animés de qualité présentant des combats réussis, tels Darker Than Black (2007) ou encore les deux séries Full Metal Alchemist (2003-2004 et 2009-2010).

 


Ca part en live.

 

Le style graphique varie ainsi sans cesse, sans s’harmoniser avec les critères d’aujourd’hui, avec des couleurs parfois criardes, des moments où le dessin part en live, et le tout fait exprès. C’est un plaisir des yeux, mais aussi des oreilles : la musique mélangeant choeurs et électro fait des merveilles. On passe la bande-son façon rock/metal des animés de combat d’aujourd’hui pour proposer quelque chose qui détonne un peu (matez l’opening). Et que ce soit au niveau des combats ou de l’humour, le style graphique fait des merveilles.

 

Conclusion

 

Vous avez quatre heures de libre ? Vous voulez voir une autre oeuvre de One très bien animée en attendant les prochains épisodes de One Punch Man ? Cet article vous sera utile.

 

Liste critiques anime / manga
Episode 01 : Hunter X Hunter
Episode 02 : Ima Soko Ni Iru Boku
Episode 03 : Kenshin
Episode 04 : Gintama
Episode 05 : Hunter X Hunter 2011
Episode 06 : Kingdom
Episode 07 : One Punch Man
Episode 08 : Mob Psycho 100

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire