Le Visiteur du Futur, une Web-Série entre passé et futur (Critique autre)

« Nous revoici en ce jour béni unis autour d’un blog profondément inconnu et enfoui dans la jungle luxuriante qu’est Internet pour prier notre grand gourou de faire une seconde critique. Loué sois-tu, Sparke le furieux ! Amen ! »

 

Encore une brillante introduction pour quelqu’un d’aussi modeste que moi. Bref, aujourd’hui, on va s’amuser à critiquer une bonne web-série, j’ai nommé « Le Visiteur du Futur ». D’ailleurs vous aurez évidemment remarqué qu’entre ma première critique et celle-ci, un laps de temps non négligeable s’est écoulé. Ne cherchez pas, c’était la rentrée. Cette fameuse rentrée. Cette foutue rentrée. Cette ****** de rentrée. Avec ses disserts maisons, ses futures khôlles, et autant de travail qu’il n’en faudrait pour virer le sympathique dirigeant de Syrie qui s’amuse avec ses armes bactériologiques. C’est beau la vie.

 

 

Donc, apparu sur la toile la première fois en 2009, la série est réalisée (et scénarisée) par Descraques (et des bobards, bon d’accord j’arrête), et compte à ce jour trois saisons. L’enjeu de cette critique va être de vous expliquer pourquoi vous DEVEZ regarder cette très bonne web-série, et non pas expliquer ce qui se passe dans chaque épisode (ce serait LONG). Quand une série se développe sur plusieurs saisons, et qu’on doit faire un résumé, on est bien vite embêté. Surtout vu la tournure que prennent les événements à partir de la seconde saison, et encore plus dans la troisième. Donc, bah, en gros, le « visiteur du futur » est un gars qui, évidemment, vient du futur, et intervient dans la vie de « Raph » pour des motifs apparemment assez spécieux et…bizarres (« ne jette pas cette canette ! »). Très vite, les situations se succèdent, la galerie de personnage s’étoffe, la psychologie se développe et patati et patata, vous savez très bien ce qui se passe quand une série est bien.

 

Evidemment, tout cela est servi avec une bonne tranche d’humour (métaphore sur-utilisée) qui fait mouche la plupart du temps (en gros, imaginez-moi tout souriant en train d’enchaîner les épisodes). Les épisodes en sortent rapides, rythmés, drôles et on sort de la première saison assez content, surtout que le scénario réussit à s’étoffer vers la fin. On en redemande en fait.

 

Et c’est là que la deuxième saison intervient : plus de personnages, plus de situations, étoffement du scénario, et surtout amélioration « graphique ». Le techniques de tournage sont aguerries, du monde en plus à été « embauché » (y a du bénévolat dans le tas), et vous pouvez vous amuser à regarder le tournage de chaque épisode, pour comprendre comment c’est ULTRA DIFFICILE de faire une web-série, et même de jouer dans une web-série. En fait, en partant de quelque chose qui est déjà bien, ils l’améliorent de saison en saison. Les épisodes sont plus longs, mieux réussis (même si les phases de « bagarre » sont tout de même assez accessoires). On en redemande encore !

 

Quant à la musique, elle est correcte. Et les acteurs, eux, SAVENT jouer. CE QUI EST IMPORTANT POUR UNE WEB-SERIE (dans Noob par exemple, bah on y croit VRAIMENT beaucoup moins). Certains sont assez attachants. Et puis à un moment y a Simon Astier, alors bon. Et, je le dis et le répète, le scénario tient GRAVE la route, avec ses rebondissements, sa galerie de personnage et même quelques accents tragiques vers la fin, contrastant avec l’humour assez présent, et créant tout de même une atmosphère assez intéressante.<

 

Vous l’aurez donc compris (ou pas d’ailleurs, mais c’est à ça que sert un résumé final), cette série est bonne, agréable à regarder, assez rafraichissante, addictive aussi. Et j’attends la saison 4 avec grande impatience.

 


Benzaïe en guest-star…Or not

 

Les critiques autres :

 

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire