Actu Vidéoludique du Captain – 2e trimestre 2019

L’année 2019 continue, et avec elle une industrie vidéoludique toujours aussi vorace. Pendant que l’E3 a fait le show à Los Angeles, je vous propose un nouvel épisode de l’Actu vidéoludique du Captain pour les news stratégiques, tactiques et historiques habituelles. Au menu, nous aurons de l’industrie, des trouvailles sous-marines, et de la guerre de l’Occident à l’Orient.

 

Le city-builder industriel

 

La série des Anno s’offre son septième épisode après 21 ans à essaimer sur nos ordinateurs. Après la Renaissance et la colonisation (1602, 1503, 1701), l’opus médiéval (1404), et les épisodes futuristes (2070 et 2205), la série revient à ses racines en pleine Révolution Industrielle. Après Max Design, devenu Related Design puis Blue Byte avec son rachat par Ubisoft, les Allemands se proposent de décliner leur recette à succès. Il s’agit toujours d’aller d’îles en îles et de créer des chaines de production pour assurer les besoins de vos colons. Ces derniers, pour évoluer et vous apporter plus d’argent, ont des goûts de plus en plus raffinés, ce qui vous demandera d’étendre davantage votre emprise économique sur des îles. On retrouve quelques nouveautés par rapport aux opus précédents : les besoins en main d’œuvre de certaines catégories de population pour des bâtiments de production, des ressources comme l’électricité et le pétrole, des îles de natifs avec des chaines de production propres, la place du tourisme et j’en passe. Toujours aussi efficace, la série continue néanmoins de chagriner les adeptes des combats par leur faible impact et rôle. Mais c’est aussi une des caractéristiques principales des Anno depuis 1998…

 

 

Le paradis des industriels (Gestion)

 

Les Britanniques de Dapper Penguin Studio nous proposent Rise of Industry. Vous dirigez une entreprise devant mettre en place des chaines de production pour répondre aux demandes des villes présentes sur la carte. Au fur et à mesure, ces demandes se diversifient, requérant plus de transports, de fabriques, de recherches, jusqu’à devenir le parfait capitaliste. Les graphismes sont mignons mais le jeu manque de profondeur sur le long terme.

 

 

On le sait, le jeu de gestion peut s’adapter à tout : prison, hôpital, parc d’attraction, dinosaures et même à la culture du cannabis. Weedcraft Inc. propose ainsi de vous permettre d’avoir vos propres plantations, de choisir comment et à quelle fréquence les faire grandir, trouver des points de vente et des clients, être en lien avec la police ou les autorités politiques, puis vous développer à l’international. Les Polonais de Vile Monarch renouvellent ainsi leurs petits softs de 2016, j’ai nommé le coloré jeu de stratégie Crush Your Enemies et le jeu d’insultes (oui oui) Oh… Sir !! The Insult Simulator.

 

Amis des trains, bonjour. Les développeurs de Corbie Games, après nous avoir gratifié de Bounty Train en 2017 où vous deviez gérer un train, des marchandises à acheter puis transporter, et des attaques de bandits, se sont lancés dans Railroad Corporation. Si le contenu manque encore à l’appel, il s’agit bien de développer votre société de chemins de fer face à vos concurrents en posant des chemins de fer, en choisissant des trains avec des locomotives, etc. On reste dans la lignée des Railroad Tycoon, dont le premier remonte à 1990, mais le tout est encore à peaufiner.

 

 

Faisant suite spirituellement à la série des Emergency débutée en 1998, Rescue HQ : The Tycoon vous met dans la peau d’un gestionnaire d’un centre d’urgences médicales, d’interventions policières ou de pompiers. Les développeurs de Stillalive Studios sont plutôt connus pour Bus Simulator, le dernier n’étant pas si mal noté que ça, mais on sent leur volonté de se renouveler. Malgré une interface pas toujours très évidente à manier et quelques petits soucis d’intelligence artificielle, le soft est agréable à prendre en main et on se prête au jeu de l’intervention.

 

 

Pour les adeptes de chaines de production, il y avait Factorio, un petit jeu indépendant paru en 2012. Désormais, il faut compter avec Satisfactory, des Suédois de Coffee Stain Studios, qu’on connaissait davantage pour leur jeu barré et expressément bugué Goat Simulator, aux commandes de rien de moins qu’une chèvre. Leur nouveau soft reprend les grands principes de Factorio, dans un monde en trois dimensions et fort joli. Il faut toujours récupérer des ressources, les transformer, puis automatiser les récupérations de ressources et leurs transformations pour aboutir à des chaines de production complètement automatisées pour votre plus grand plaisir.

 

 

Pour terminer ce tour d’horizon, un petit tour sous la terre avec Overcrowded A Commute’Em Up où vous mettrez en place une station ferroviaire pour vos petits bonshommes, et qui est développé par la petite équipe des Londoniens de SquarePlay Games. A vous de gérer la luminosité, le confort, les installations techniques, et les moyens de gagner un peu plus d’argent dans un petit jeu mignon et sympatoche.

 

 

La tactique des abysses (Tactique)

 

Paru en 2016, le premier Rule the Waves, développé par Naval Warfare Simulations, qui s’occupe aussi de jeux de figurines comme de livres d’histoire militaire, n’était ni joli ni facile à prendre en main. Mettant en plein début du XXe siècle les grandes puissances en rivalité sur les eaux, il s’agissait pour le joueur de créer des flottes en commençant par concevoir chaque navire en partant de rien avec des tonnes de possibilités, pour ensuite le produire, gérer le budget, faire des recherches déterminantes pour la suite et réaliser des batailles à l’aide d’un système tactique efficace mais complexe. Rule the Waves II ne change pas la donne, mais polit légèrement le système en rajoutant l’armée de l’air et des possibilités concernant les premiers porte-avions.

 

Dans la lignée de la série des Silent Hunter (1966), UBOAT, développé par Deep Water Studio, qui porte bien son nom, vous met dans les bottes d’un équipage de sous-mariniers allemands en pleine Seconde Guerre mondiale. Il faudra gérer moins le déplacement et les choses techniques, et davantage les hommes pour qu’ils reviennent sains et saufs de leurs missions, avec les moments tendus du combat où il faudra détecter l’adversaire et lui envoyer une bordée de torpilles, tout en réparant tout dégât reçu. Une belle surprise sous-marine.

 

 

Redécouvrez le jeu d’aventure avec Pathway de Robotality.Avec une petite équipe d’explorateurs, vous allez partir à la recherche de ruines en combattant des nazis au tour par tour à l’aide de vos bonshommes, où se planquer et viser au bon endroit comptent. En-dehors de cela, il faudra gérer votre équipe sur une carte pour explorer, recruter, et choisir quand intervenir ou non, quand mettre l’argent pour une prochaine partie ou le garder pour votre équipée. En effet, une bataille perdue, plus d’essence, plus de ravitaillement, et c’est la fin. Un bon petit roguelike d’aventure.

 

 

Pour la blague, Totally Accurate Battle Simulator de Landfall Games est sorti. Le soft met le joueur dans des situations militaire déjantées, en lui donnant une somme d’argent pour recruter n’importe quel soldat de n’importe quelle époque, en incluant la mythologie et des unités plus folkloriques (un lanceur de poules), avant de le laisser déployer ses hommes pour lancer une séquence cinématique où la physique délirante et l’humour rencontrent un soupçon de tactique.

 

 

Paradox de l’antique (Grande stratégie)

 

On connait l’expérience de la grande stratégie proposée par Paradox Interactive, qui continue évidemment à irriguer ses softs de DLC pour le plus grand plaisir, la plupart du temps, des stratèges en herbe s’affrontant entre eux. Le nouveau moteur graphique inauguré par Crusader Kings 2 en 2012 a permis de sortir derrière Europa Universalis IV, Hearts of Iron IV, et Stellaris, qui fait figure de cousin puisqu’adoptant une formule spatiale. Imperator : Rome décide pour sa part d’adapter la période antique, à la manière de ce qui s’était fait en 2008 avec Europa Universalis : Rome. Cette fois, les développeurs ont créé une nouvelle expérience : il faudra ainsi gérer la population, divisés en gros entre barbares, citoyens et esclaves, mais aussi des tas d’unités militaires, des tactiques plus élaborées, des questions culturelles et politiques en fonction du régime (royaume, république, tribus). Néanmoins, certaines critiques ont relevé que le jeu semble un peu vide, avec des mécaniques reprises des autres softs, dont EUIV, en en laissant quelques-unes de côté. Si militairement, et politiquement avec les monarchies et les républiques, le jeu se tient, il manque encore suffisamment de contenu pour arriver au niveau des précédentes productions, ce qui est de toute façon prévu à la manière de Paradox : du contenu additionnel gratuit et payant.

 

 

Le Wargame passe la seconde

 

Les Français d’Eugen Systems, qu’on connait bien avec RUSE et leur trilogie de la Guerre Froide Wargame, se sont essayés en 2017 à la Seconde Guerre mondiale. Le jeu utilise un système de front dynamique, où faire avancer ses troupes a un réel impact sur le champ de bataille. Par ailleurs, les troupes des divisions militaires historiques disponibles devaient être sélectionnées par le biais d’un deck, et intervenir à différentes phases de la bataille (trois). Le jeu restitue avec une certaine historicité le matériel de l’époque pour simuler des batailles de grande envergure où il faudra gérer le ravitaillement, l’artillerie, les bombardements et je passe les nombreux mécaniques (suppression, couvert, etc.). Steel Division 2 capitalise sur ces bases en nous proposant cette fois le front de l’Est, et une campagne bien moins scriptée, et basée sur une reconstitution du front. Ce jeu dans le jeu se révèle de bonne facture, mais ne bénéficie d’aucun tutoriel, comme le reste du jeu d’ailleurs, ce qui reste un sacré point négatif pour un jeu alignant les mécaniques. Le système de deck est plus complexe que jamais, avec des choix déterminants pour le joueur : placer tel char lourd en première phase sera très efficace contre l’adversaire, mais vous pourriez en avoir davantage si vous le placer en phase trois… Casse-tête en perspective !

 

 

Casse-tête chinois pour Total War (Stratégie-tactique)

 

Le mastodonte de la stratégie-tactique sort son premier grand soft depuis Total War Warhammer II avec Total War : Three Kingdoms, qui emmène le joueur dans des contrées lointaines, en Chine très exactement, pendant la période des Trois Royaumes (220-280). Si une version historique est jouable, c’est plutôt la version romancée inspirée d’une oeuvre chinoise écrite au XIVe siècle qui a été mise à l’honneur, adaptant en partie le côté héroïque de la fable mythico-historique proposé dans cette oeuvre. On alterne toujours entre la partie stratégique et tactique. La première reste classique, avec son royaume, ses villes et ses armées à gérer, mais comprennent de nouvelles idées autour de la diplomatie et surtout de la personnalité de vos généraux. La famille, leurs relations, leurs traits de caractère, le fait qu’ils peuvent infiltrer une faction adverse et s’y établir pour trahir au dernier moment (l’inverse étant possible chez vous), la gestion de leur équipement et de leurs compétences font qu’ils deviennent une part intégrante du soft. Et ce sera la même chose pour la partie tactique : si les unités sont relativement classiques et adaptées à la période, et qu’on se bat toujours de la même façon avec les tireurs, les troupes d’infanterie, et la cavalerie, vos armées seront menées au combat par ces mêmes généraux, qui pourront défier en duel leurs adversaires, avoir des compétences exceptionnelles sur le moral ou la combativité et j’en passe. Ces joutes tactiques restent un plaisir pour les joueurs, malgré la répétitivité du roster entre les factions. Quoi qu’il en soit, Creative Assembly prolonge ainsi l’expérience roleplay inspirée des Total War précédents.

 

 

Les autres sorties

 

Le FPS Rage 2, développé par Avalanche Studios (Mad Max en 2015, la série des Just Cause) et l’illustre ID Software (de Doom (1993) à Doom (2016)), se révèle dynamique mais plombé par sa durée de vie. SIE Bend Studio, les malheureux développeurs de Bubsy 3D (1997) sous le nom d’Eidetic, sorte leur premier soft sur plateforme nouvelle génération avec le jeu de zombies Days Gone, dont la particularité est de permettre de combattre de véritables marées de chairs et de crocs en plein open-world.

 

 

La série de combat Mortal Kombat fête ses 27 ans, et c’est NetherRealm Studio qui s’occupe du onzième épisode, déjà responsable du reboot de 2011 et de la série Injustice (2013-2017). Le soft est efficace, complet mais nécessite un peu trop de grind. Par ailleurs, Mordhau, qui bénéficie d’une critique, se révèle un très bon jeu de combat médiéval. Enfin, c’est le moment de la touche poétique de la fin, avec A Plague Tale : Innocence des Français d’Asobo Studio, pas forcément connus pour leurs précédentes productions. Le soft met sur les routes de France en pleine Guerre de Cent Ans une sœur et son frère, censés s’échapper de la guerre et de la peste, mêlant infiltration, plateformes et sentiments fraternels, dans des ambiances parfois lugubres.

 

 

Un peu de business

 

Pour la petite histoire, le studio britannique Two Point Studios, fondé en 2016 par des anciens de l’industrie vidéoludique, est racheté par Sega. Leur unique soft est le bon Two Point Hospital, dont nous avons déjà parlé l’an dernier.

 

Conclusion

 

Les développeurs semblent s’être réveillés ce trimestre en nous proposant une tripotée de nouveux jeux tactiques, historiques et j’en passe. Par miracle, cet épisode est entièrement à l’heure, et ce n’est pas du tout pour me dorer la pilule au soleil… On se retrouve donc au prochain trimestre pour l’Actu Vidéoludique du Captain du troisième trimestre…

 

Liste des jeux du 2e trimestre 2019 :

  • Action : A Plague Tale : Innocence, Days Gone, Mordhau, Mortal Kombat 11, Rage II
  • City-builder : Anno 1800
  • Gestion : Overcrowded : A Commute ‘Em Up, Railroad Corporation, Rescue HQ : The Tycoon, Rise of industry, Satisfactory, Weedcraft Inc.
  • Grande stratégie : Imperator : Rome
  • Stratégie-tactique : Total War : Three Kingdoms
  • Tactique : Pathway, Rule the Waves 2, Totally Accurate Battle Simulator, UBOAT
  • Wargame : Steel Division II

 

Liste des jeux du 1er trimestre 2019 :

  • 4X : Civilization VI : Gathering Storm, Jon Shafer’s At the Gates, Warhammer 40K Gladius – Relics of Wars : Tyranids
  • Action : Genesis : Alpha One
  • City-builder : Dawn of Man, Foundation, Tropico VI, Worker and Ressources : Soviet Republic
  • Gestion : Meeple Station
  • Survie : Subnautica : Below Zero
  • Tactique : Battlefleet : Gothic Armada 2, Wargroove
  • Wargame : Command : Modern Air Naval Operations – Desert Storm

 

Editions de l’AViC (2019) :

 

Editions de l’AViC (2018) :

 

Liste des jeux vidéos du site.

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire