Les attentats de Paris, crime de guerre de l’E.I (Point Actu, 13/11/2015)

Introduction

 

Longtemps j’ai eu l’envie de mettre en place un nouveau blog, qui traiterait dans les grandes lignes d’histoire, de géopolitique et d’actualité. Longtemps j’ai cherché le temps et la force de m’y atteler. Mais j’étais loin de me douter que ce serait un attentat au cœur même de Paris qui me ferait définitivement sauter le pas. J’étais le vendredi 13 novembre 2015 à Paris toute la journée, et, comme tous, je n’étais pas prêt. Avant de lire la suite, sachez que, comme tous, je suis de tout cœur avec ceux qui ont été impliqués, directement ou indirectement, dans ces événements indescriptibles qui apparaissent comme des massacres froids et calculés. Courage.

 

Et comme tout événement effroyable qui fait des centaines de victimes innocentes, cet attentat sur Paris, qualifié de manière très maladroite par BFM TV de « Terreur sur Paris » le soir-même, fait des émules dans toutes les catégories de la population, et a poussé le gouvernement à remettre plus ou moins en question sa politique de sécurité. Le problème principal dans ce genre d’événements, ce sont les commentaires à vif, et les questions que se posent tout le monde : pourquoi. Pourquoi des gens tireraient sur des innocents ? Pour quels motifs ? Qui est ce lointain Etat Islamique qui a planifié ces attentats ? Pourquoi existe-t-il ? Les musulmans sont-ils tous dangereux ?

 

Cette suite de questions polémiques est la conséquence logique de la peur. La peur d’avoir pu être à la place des cent trente-deux victimes, des centaines de survivants et même de leurs familles. A cette peur se greffe un autre type de peur, suscitée par l’incompréhension face à un ennemi qui nous veut du mal. Cette deuxième peur est beaucoup plus insidieuse. Contrairement à la première où on attend une réponse gouvernementale, la deuxième peur nous renvoie à notre quotidien : qui est capable de faire une chose pareille ? Et les amalgames surgissent : le noir est un terroriste, le Coran est un livre maléfique et les musulmans sont tous des terroristes. Non. Je dis non.

 

Nous devons faire un bilan sécuritaire, c’est évident. Nous devons faire le deuil, c’est clair. Mais ce qu’il faut avant tout, c’est comprendre qui on a en face de soi. Je prépare ainsi une série d’articles sur la genèse de l’Etat Islamique, car j’estime que face à un ennemi, il faut le comprendre pour mieux le combattre. Si vous voulez des réactions à chaud réfléchies et satisfaisantes, vous trouverez Marc Trévidic. Ancien juge, spécialisé dans les affaires de terrorisme, il a fait trois apparitions où il revient sur des choses fondamentales que les gens devraient comprendre. Je résume sa parole en étoffant un brin.

 

 

a) Les acteurs de ces drames

 

L’Etat Islamique a une réserve de volontaires professionnels, prêts à se faire exploser en France. Ils ont une formation et une détermination de fer. Ce n’est pas le premier bonhomme de la rue. Ce qui est effarant, comme le rappelle Trévidic, c’est que ces attentats montrent que l’E.I. a suffisamment d’hommes pour en perdre volontairement dans des attaques kamikazes.

 

De plus, il faut rappeler qu’il y a une organisation externe, des gens qui tirent les ficelles. Ceux qui ont tué sont des « guerriers », certainement pas dans le sens noble du terme, mais dans le sens « qui fait la guerre », et ce sans états d’âme. Mais n’oubliez pas que derrière, il y a les planificateurs qui ont ciblé à l’avance le Bataclan et les bars. Pas seulement pour des motifs religieux, comme ils veulent le faire croire, mais surtout pour de la publicité. Il faut choquer, et ça marche.

 

b) L’essor de l’E.I. est politique et culturel

 

De manière très intéressante, M. Trévidic rappelle que l’organisation qui n’était qu’un simple embryon en 2012, s’est accrue de manière formidable. Ce grossissement, que nous aurions dû combattre, leur permet d’avoir une capacité de projection, d’exportation de la mort si vous préférez.

 

Ils exportent aussi une culture, qui n’est pas combattue selon M. Trévidic, ou pas suffisamment. Paradoxalement, cette culture interdite est accessible par tous à cause d’Internet. On connaît les discours et les scènes de décapitation, mais on n’imagine pas assez leurs impacts sur la tête de certaines personnes en France. Cette culture peut être portée par le milieu social, car il en existe de plus réceptifs que d’autres, par l’éducation, rarement capable de combattre cette radicalisation par la faiblesse de ses moyens et sa sous-estimation par tous, par la famille, par les amis. Les esprits simples et en quête de revanche sur une société qu’ils rejettent sont séduits.

 

c) Comment lutter contre la culture du terrorisme ?

 

La lutte contre la radicalisation doit alors porter sur tous les plans : du quartier sensible à la projection de la culture française dans le monde, dans tous les milieux. Et là, Trévidic porte la réflexion au rang international : oui, il y a des attaches locales, mais le contexte international joue évidemment un rôle. Il rappelle que les Etats-Unis, et en fait le monde, traitent avec des pays aussi fondamentalistes religieusement que l’E.I., mais qui sont libéraux économiquement. On arrive à l’équation inédite : Fondamentalisme + libéralisme = amitié. C’est évidemment un peu plus complexe, mais il est vrai que le système international a un rôle dans tout cela.

 

La culture passe aussi, il est important de le rappeler, par l’éducation, le milieu socio-économique, le lieu de vie, on y reviendra plus tard. Le bilan de l’ancien juge est qu’il faut tenir bon, et attaquer préventivement avant qu’ils ne retentent une nouvelle attaque. Ils analysent nos réactions en ce moment précis, soyez sages.

 

Voici deux autres vidéos de cet homme :

 

 

 

Pour conclure, je dirais qu’il est temps de faire son deuil. La riposte viendra. Courage encore, françaises et français.

 

Les autres Points d’Actu :

Rédacteur pour Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer, j'écris sur l'actualité, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire.

Laisser un commentaire