AAR Dominions 4 – Duel au Sommet – La victoire… (25)

Tour 29
Voilà qui est fait.
Ca y est. Une bataille gagnée. Son orgueil a dû se dire que s’il avait une armée de la taille de la moitié de la mienne ça devrait passer. Que nenni. Ses commandants (et son scout !) ont mal évalué la situation et se sont enfuis avec 10 Lanciers. Je viens de réduire en charpie plus de 1200 pièces d’or tout de même. Je veux bien croire qu’il a de l’argent mais tout de même. Je ne pensais pas qu’il allait répondre à mon défi, mais avoir un adversaire naïf qui respecte le role-playing, c’est toujours intéressant pour les missives diplomatiques notamment.
Mes démons se vengent avec plaisir
J’avais mis une couverture de milice pour prendre les coups à la place de mes troupes, mais mes démons se sont précipités sur l’ennemi sans l’ombre d’une hésitation pour le réduire en charpie. Là vous voyez mes « glorieux » ennemis repartir dans le mauvais sens du champ de bataille. Comprenez mes démons, ils se sentaient insultés… Non vraiment, il faut que je reste au plan initial : des démons appuyés par des mort-vivants, et basta. Ca marche plutôt bien sur une armée ennemie de taille moyenne.
Eric is gone…
Bien ! Je recrute un Bandaraja sur ma capitale. Il deviendra mon prophète au même moment où ma deuxième armée (qu’il commandera) se mettra en marche, avec des guerriers Bandars, des tigres et quelques démons. Il faut en effet que j’appuie ma force d’invasion le plus rapidement possible.
Ma courbe enfin au-dessus !
Mes invocations et son échec au combat ont réduit quelque peu sa force armée. Mais il est encore au niveau de la Bataille d’Utonshire en terme d’armée (oui elle devient une référence cette bataille).
Empowerment !
Je monte un de mes mages au niveau 2 en mort ce qui me côte trente gemmes. Ca va me permettre d’appeler un commandant mort-vivant pour mener mes… Devinez.
Des nouveaux mercenaires !
Carte !
J’attaque au sud-ouest. Pourquoi ? Parce qu’il va sûrement regrouper ses forces sur le château en pensant que je vais continuer sur ma lancée. Et trop de géants ça ne me réussit pas au teint. Ca va aussi me libérer un tour. Je vous rappelle qu’une deuxième armée va bientôt arriver… Je me demande même s’il ne va pas falloir que je l’amène au combat au prochain tour, sans rien prophétiser, pour profiter de ma supériorité numérique le plus rapidement. On verra sa réaction.

« Fuyez mes petits amis, fuyez. Fuyez notre colère. Fuyez notre haine. Fuyez nos crocs.
Odin, Thorr, Tom, votre tour viendra. Vous courrez vite, mais pas assez pour notre courroux.
Il est temps de dîner : les cinquante carcasses du champ de bataille commencent à dégeler.  « 

Sa réponse :
« Il faut reconnaitre que vous avez enfin été un adversaire à la hauteur ! N’ayez crainte, nous avons recueillis les informations qu’il nous manquait, nos frères seront rapidement vengés.

À très vite, héros squelettique.

Odin et Thorr »

C’est un adversaire beaucoup trop gentil. 

Administrateur et rédacteur-en-chef omnipotent, j'écris sur l'actualité vidéoludique, l'actualité culturelle, la géopolitique et l'histoire militaire, parfois en partenariat avec Historia Games, Mundus Bellicus et la Gazette du Wargamer.

Laisser un commentaire